Pourquoi voir un psychologue ? 

Les retentissements de la maladie peuvent aller bien au-delà du corps et affecter le champ social, familial, psychique, sentimental, etc… La mission du psychologue clinicien est de rendre plus supportable le rapport à la maladie (et le vécu des traitements) pour la personne atteinte d’un cancer et son entourage.

Pour Quoi ?

Pour parler de soi et/ ou de la maladie, de ses craintes… pour réduire la situation de souffrance, pour aider à communiquer avec son entourage, pour continuer à se sentir une personne à part entière.

Pour Qui ?

Pour toute personne malade et/ou l’entourage proche (enfant-adolescent-adulte) ou toute personne concernée par une pathologie cancéreuse.

Où ?

Si vous habitez sur le territoire n°3 et même si vous êtes traité sur un autre territoire (Nantes, Rennes, Paris ….), des consultations sont possibles (sur rendez-vous) sur Lorient, Quimperlé ou Hennebont en dehors d’une hospitalisation.   Le psychologue peut se déplacer dans toute structure publique ou privée du territoire n°3 en cas d’hospitalisation.

Les consultations sont gratuites.

Quand ?

A toutes les phases de la maladie : à l’annonce, pendant les traitements médicaux ou après le retour à la vie active…., au moment où l’on en ressent le besoin…, suite à un deuil…

Vous pouvez prendre rendez-vous pour expliquer vos préoccupations au Psychologue Clinicien. Cette rencontre peut être unique mais aussi se transformer en suivi psychologique (sous forme d’un soutien ou si demande d’une psychothérapie).

C'est quoi un psy ?

C’est un médecin spécialisé en santé mentale et qui est prescripteur de traitements si nécessaire (antidépresseur, anxiolytique, psychotropes divers). Il a étudié la médecine et s’est spécialisé dans les troubles psychiatriques. Il propose des entretiens thérapeutiques au même titre que le psychologue clinicien.

Sa spécialité consiste à proposer un travail d’analyse s’appuyant sur la parole. Il utilise comme théorie et comme technique la psychanalyse née de Sigmund FREUD. Là encore, il convient d’être vigilant sur la qualité de la personne : soit psychologue, soit psychiatre, soit membre d’une société psychanalytique reconnue (SPP, SFP, ELP, cause Freudienne, API, …)

Ce terme signifie que la personne propose des psychothérapies. Ce titre est protégé en France depuis la parution d’un décret en 2010 qui légifère davantage l’usage de la psychothérapie par le non psychologue/ psychiatre sous couvert d’exercice illégal de la médecine et de la psychologie. Ces derniers ont d’emblée le titre de psychothérapeute à l’issue de leur formation initiale. Les autres ont acquis l’autorisation d’utiliser ce terme après au moins 10 ans d’exercice, mais rien ne précise leur formation et leurs compétences en ce domaine.

Il existe différents psychologues. Celui que vous consultez pour des « souffrances » psychologiques est un Psychologue Clinicien. Il a une formation universitaire théorique et clinique de 5 ans (master) sur le fonctionnement normal et pathologique du psychisme humain et au minimum 400 heures de pratiques. Sa spécificité « clinique » indique qu’il est formé à la pratique de l’entretien clinique, du suivi psychologique et à une méthode thérapeutique spécifique. Ceci est appelé aussi psychothérapie dont le but est de modifier la situation de souffrance.

Selon votre problématique, afin d’adapter au mieux votre prise en charge, nous pouvons vous orienter, si vous le souhaitez, vers des psychologues en libéral ou d’autres acteurs de santé : psychiatres, médecins ou centres spécialisés :

– CMP : centre médico-psychologique qui accueille toute personne de plus de 17 ans en souffrance psychologique, domiciliée sur son secteur d’intervention.

– CMPEA / CPEA : centre médico-psychologique pour enfant et adolescents (-17 ans).

– CMPP : centre médico-pédagogique.

– CPCT : centre psychothérapeutique de consultation et de traitement, exclusivement dans les grandes villes (Rennes, Nantes, Bordeaux, Paris…)

Le travail du psychologue clinicien auprès des professionnels

Les échanges sont aussi possibles avec les acteurs de santé (hospitalier ou libéraux) sur les situations difficiles pour :

– apporter un éclairage et des éléments de compréhension sur la situation

– approfondir les connaissances sur le fonctionnement psychique

– proposer un soutien ou un espace de dégagement ou de repli pour le soignant.

Ces contacts peuvent se faire rapidement par téléphone, sur le lieu du domicile du patient, au réseau …

– mettre en place des formations sur des thèmes qui vous intéressent et mettre à votre disposition des espaces de rencontre et d’échange sur votre pratique professionnelle.

assistante_bonhomme