En 2012, un peu plus de 2 420 000 hospitalisations mentionnant une chimiothérapie ont été réalisées dans les établissements de santé, dont 89.3 % réalisées en hospitalisation de jour.  Les autres ont lieu lors de séjours hospitaliers (au moins 1 nuit). Une séance sur 5 concerne une personne âgée de 75 ans ou plus.

La chimiothérapie peut être proposée avant une chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante), après une chirurgie (chimiothérapie adjuvante) ou pour traiter des métastases (chimiothérapie métastatique).

Une chimiothérapie néoadjuvante permet de diminuer la taille de la tumeur facilitant ainsi  l’opération, de diminuer les risques de récidive et d’évaluer l’efficacité des médicaments sur la  tumeur.

Une chimiothérapie adjuvante est proposée lorsqu’elle est capable de réduire les risques de  développement de métastases.

Plus d’informations ? Lien vers le site internet d’Oncomip

Les séances de chimiothérapie intra-veineuse

Elles peuvent se dérouler sur un ou plusieurs jours par semaine, selon un rythme hebdomadaire, bi mensuel, mensuel…

Le rythme du traitement et le nombre de cycles (ou cures) sont déterminés par votre médecin en fonction des caractéristiques de votre maladie. La durée du traitement peut être  modifiée par la suite selon l’évolution de votre état de santé ou de votre tolérance aux produits.

Il existe plusieurs molécules pharmaceutiques, qui peuvent être utilisées seules ou en association.

Avant de le débuter, une information précise sur les effets attendus, secondaires, les modalités de prise du traitement vous est faite. Une surveillance biologique (numération formule sanguine -NFS- entre autre) régulière peut être demandée.

Certains protocoles se déroulent à l’hôpital, en hôpital de jour (on parle alors de traitement ambulatoire), d’autres peuvent être administrés à domicile, sous la surveillance d’infirmiers libéraux habilités pour ce type de prise en charge.

Durant toute la durée de la chimiothérapie (parfois plusieurs mois), vous reverrez régulièrement l’oncologue en consultation, qui s’assurera que le traitement se déroule dans les meilleures conditions ; des examens complémentaires réguliers peuvent faire partie du protocole sans que cela signe une aggravation de votre pathologie.

vaccinsVaccination et chimiothérapie ?

Vaccination anti-grippale : peut se faire en cours de chimiothérapie ou dans les 6 mois suivant l’arrêt de la chimiothérapie (Recommandations HCSP 2013).

Vaccinations à effectuer si possible 10 jours au moins avant la chimiothérapie.

A l’arrêt de la chimiothérapie, attendre au moins 3 mois (tumeurs solides) ou 6 mois (hémopathies malignes) avant toute vaccination (vaccin vivant).

Pour l’ensemble des vaccinations du calendrier vaccinal et compte tenu de la baisse des anticorps lors de la chimiothérapie, une injection de rappel sera effectuée systématiquement 3 mois (pour les tumeurs solides) ou 6 mois (pour les hémopathies malignes) après l’arrêt de la chimiothérapie.

Sources BEH avril 2012